Je m’intéresse aux rapports de l’homme aux objets. Mon imaginaire provient d’un monde populaire comme végétal.  À l’inverse du protocole, pot-pourri libre: je rassemble « mots », impressions d’espaces, de textures; experiences, questionnements et attirances autour d'objets du quotidien, de motifs.

De l’immatérialité des images d’aujourd’hui au savoir-faire, de l'industriel au mannufacturé je tend à brouiller les pistes. Je désire sonder le vivant entre sacré et trivial. Le sujet arrive dans le faire; sinon des fois directement par le moulage... Il en découle une métamorphose du réel.

Mon rapport affectif déborde pour le sujet comme pour la matière. J’assume un érotisme dans la confusion et non dans une volonté de pure mimésis.  Je déforme ou exagère des formes d’apparences simples et universelles.  Je souhaite en sublimer le caractère matériel, et transcender une esthetique autant qu’un aspect ridicule.

Évasive jusque dans les bords de l’installation, je creuse cette instabilité,  aussi librement par l’association d’autre éléments artificiels ou organiques.

Lisa Pélisson